RIEN N’EST GRATUIT

Le fait de favoriser notre mode de vie plus que la vie sur la planète incite ses partisans à mentir, à eux-mêmes et aux autres. Le premier mensonge consiste à prétendre que ce mode de vie n’est pas intrinsèquement destructeur. Au point de périclitassions de la vie sur notre planète où nous sommes nées, pas besoin d’étayer cette affirmation. Regardez simplement autour de vous.

La dernière chose dont le monde a besoin, c’est de plus de production d’énergie industrielle, qui sera utilisée pour faire ce que fait toujours l’économie industrielle – transformer le vivant en mort : nos forêts vivantes en planches de bois, nos montagnes vivantes en composants minéraux.

Rien n’est gratuit. Toutes nos action a des conséquences grave, quand vous volez votre voisin, votre voisin ne possèdent plus ce que vous leur avez volé. C’est aussi vrai lorsque les victimes de ce vol est animal, végétal que lorsqu’elle est humaine.

Cependant, il est vrai que, « Il est difficile de faire comprendre à quelqu’un que lorsque son salaire dépend de ce qu’il ne la comprenne pas. » et il est encore plus difficile de faire comprendre à des gens dont l’intégralité du mode de vie dépend de ce qu’ils ne comprennent pas.

Alors nous nous mentons. Pour le réchauffement climatique, des types comme Trump mentent ouvertement en niant la réalité. De l’écocide au génocide et aux agressions individuelles, c’est presque toujours la première ligne de défense des auteurs d’atrocités : ce qui se déroule devant vous, n’est pas en train d’arriver.

Les activistes du mouvement pour le climat véhiculent un mensonge similaire, dans le sens où ils semblent prétendre que la destruction causée par les industries du solaire, de l’éolien, de l’hydroélectricité et de la biomasse n’existe pas. Ou que, d’une certaine manière, les dommages qu’elles causent sont un sacrifice à concéder au nom d’un intérêt supérieur. Mais, comme toujours, c’est la planète que l’on sacrifie, et l’intérêt supérieur consiste en un supplément d’énergie accordé à l’économie industrielle. Ce qui n’est pas une bonne chose pour la planète actuellement encore vivante.

Par exemple, de grosses organisation, corporations « environnementales » sont en train de détruire de grandes étendues du désert de Mojave pour y installer une centrale de production industrielle d’énergie solaire. A votre avis pour qui sacrifie-t-on ce désert ?

Le désert n’est pas sacrifié, comme le prétend organisation dit « environnementales », pour sauver la planète, mais pour générer de l’électricité – principalement pour l’industrie.

La Terre n’a pas besoin de cette électricité : l’industrie, oui.

Mais encore une fois, depuis leur perspective narcissique, l’industrie est la terre. Et rien ne peut exister en dehors de l’industrie.

Auteur : Gabriel Kevers

Avec mes 40 ans dans des métiers scientifiques tels que l'informatique, la photonique, domaine militaire, médical, social, énergie ... Malgré ceci je suis toujours avide de connaissances, une sorte de glouton de la vie quoi ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *