Comment Ecolo va-t-il mener le combat en faveur du pouvoir d’achat ?

Article du 20/8/2009

carbonique

Comment Ecolo va-t-il mener le combat en faveur du pouvoir d’achat quand ceux-ci prône la suppression du nucléaire « énergie qui coûte quand même 3,6 fois moins cher que celle produite par les éoliennes »!

Qui va devoir supporter cette différence de 360 % ? (j’ai bien une idée, mais je ne préfère pas y penser)

En Allemagne avec 38.000 éoliennes qui produisent 7% des énergies électriques et 93 % est produites par des centrales électriques aux charbons.

En effet, il y a 20 ans les Ecolo dans l’opposition du gouvernement allemand avais demandé la suppression du nucléaire et avait de bonne foi décidée de favoriser l’implémentation de plusieurs milliers d’éoliennes. A ce jour cette expérience se révèle être un fiasco totale aussi bien d’un point de vue économique qu’écologique.

Poids écologique, pour un Kilowatt (75 % de la consommation de votre fer à repasser):

Le charbon émet 1177 g de CO2, 8.4g de SO2 et 4.2g de NOx
Le nucléaire émet 235 g de CO2, 1.6g de SO2 et 0,8g de NOx

Comment les écologistes peuvent-il demander la suppression d’un produit qui émet 500 % de CO2 en moins, 500 % de SO2 en moins et 500 % NOx en moins ?

**CO2 : Dioxyde de carbone bien connu et suffisamment médiatisé

**SO2 : le SO2 est un gaz dense, incolore et toxique, son inhalation est fortement irritante et elle est l’une des causes principales des pluies acides.

**NOx : abréviation utilisée dans le domaine de la chimie de la pollution et de la qualité de l’air. Elle regroupe principalement deux molécules gazeuses. Monoxyde d’azote et dioxyde d’azote, mais aussi le protoxyde d’azote l’un des plus puissants des gaz a effet de serre 296 fois plus important que le C02.

Poids économique (coût au MW/h) , pour les centrales (à/aux) :

Gaz : 38,44 € MW/h
Charbons : 27,78 € MW/h
Nucléaire : 21,54 € MW/h

Vous ajouterez 29€ MW/h au tarif ci-dessus pour la complémentarité des énergies éoliennes.

Si votre choix est de polluer vos enfants alors continuer de défendre la thèse qui défendrait que le nucléaire est une énergie largement plus nocive que celle qui a tué certainement 20 fois plus que le nucléaire « le charbon » !

Les Européens n’ont rien à gagner avec le rapport américain sur le TTIP

Tarabella

L’eurodéputé PS Marc Tarabella a pu consulter le rapport d’évaluation des gains des projets de TTIP sur la table, émis par le ministère de l’agriculture américain. Selon lui, ses « conclusions sont sans appel : d’une part, le secteur agricole Européen serait le grand perdant de cet échange, d’autre part les européens pourraient même subir des effets négatifs en cas d’accord. De l’aveu même des américains, les Européens n’ont pas grand-chose à y gagner. Au vu de ces résultats, je demande l’arrêt pur et simple des négociations avec les États-Unis. Je ne veux pas voir mener à l’abattoir l’agriculture européenne et dans son sillage la subsistance alimentaire européenne », tempête le député européen, en charge de l’agriculture et de la Protection des consommateurs au Parlement européen, dans un communiqué émis ce mardi.

Il ajoute que « le volet agricole ne peut être la variable d’ajustement des autres chapitres de la négociation TTIP. Ce serait se moquer des agriculteurs et des consommateurs européens. »

Les gains financiers pour les USA seraient incroyablement plus grands que pour les Européens

Dans ce communiqué, on apprend que plusieurs scénarii sont envisagés par les Américains. Deux leur sont extrêmement favorables. Il s’agit premièrement de l’abolition des droits de douane, qui rapporterait 5,5 milliards de dollars aux Etats-Unis là où l’Union européenne ne gagnerait que 800 millions. Le second serait cette même abolition à laquelle on ajouterait la suppression des mesures non tarifaires. Là, les USA gagneraient 10 milliards de dollars tandis que l’Union européenne seulement 2 milliards.

Cette disproportion entre les gains potentiels au niveau agriculture de la signature d’un tel accord transatlantique –qualifiée de « déséquilibre astronomique » par Marc Tarabella- aurait de lourdes conséquences pour notre agriculture. En effet, cette nouvelle concurrence ferait plonger les prix pour les producteurs européens, selon le député.

Les Américains qui ont réalisé l’enquête l’avouent eux-mêmes: « les Européens n’ont pas grand-chose à gagner » en signant un tel accord.

L’eau wallonne coûtera moins cher en Flandre qu’en Wallonie !!!!!

eaux

La taxe pour un mètre cube d’eau augmente de 0,18 centime pour s’élever à 2,11 euros par mètre cube en Wallonie ! Or, cette taxe va baisser en Flandre …

Environ 160 millions de mètres cubes d’eau prélevée en Wallonie sont « exportés » hors de la Région wallonne.

Sur les 160 millions de mètres cubes exportés, environ 70 le sont à destination de la Région de Bruxelles. Le solde de 90 millions de mètres cubes, est destiné à alimenter la Flandre.

La Wallonie couvre ainsi 97% des approvisionnements en eau de Bruxelles et entre 20 et 25% des approvisionnements nécessaires à la Flandre.

Au total, ce sont 1 million de Bruxellois et 1.5 million de Flamands qui sont alimentés par l’eau prélevée en Wallonie.

D’où cette question : pour quelle raison l’eau Wallonne couterait plus cher en wallonise qu’en Flandre ou qu’à Bruxelles

lien Aquawal et L’évolution du prix de l’eau en Wallonie

Michel Ier : le juteux filon des experts du privé

Charles_Michel

Ceinture aux cabinets. Les ministres fédéraux paieront, eux aussi, leur écot à l’austérité ambiante. Ils se condamnent à être moins entourés et moins épaulés dans la lourde tâche qui les attend. Soixante-trois cabinettards en moins à leur service – ce qui en laisse encore 769 -, un train de vie en sourdine dans les cabinets, des dépenses en recul de 5,2 millions d’euros sur une enveloppe globale de 54 millions. Faire plus avec moins : un geste fort, vite relayé par communiqué de presse. Michel Ier (N-VA – CD&V – Open VLD – MR) ne pouvait taire la nouvelle plus longuement. Il en faudrait plus pour dépeupler les allées du pouvoir fédéral. Certains y conserveront leurs entrées. C’est le cas des experts externes, ces chargés de missions spéciales qui ont pour habitude de graviter autour de ce qu’il est convenu d’appeler « les organes stratégiques » d’un ministre. Ils sont distraits du secteur privé pour apporter leurs lumières sur des dossiers ciblés, techniques, pointus.

Le filon n’est pas neuf. Il est exploité depuis une quinzaine d’années, encouragé par la grande réforme Copernic qui était censée propulser la Fonction publique fédérale dans une nouvelle dimension, plus managériale, moins pantouflarde. Plus aucun gouvernement ne parvient à s’en passer. Les experts appelés au chevet des ministres sont devenus incontournables, irremplaçables. Il existe pourtant peu de traces de leur existence. Elle est attestée une fois l’an, par une simple ligne de crédit inscrite dans les volumineux documents budgétaires remis par chaque ministère. Sous la rubrique « organes stratégiques » du ministre, figure systématiquement la mention « Rémunérations et indemnités des experts » : une somme y est indiquée, sans note explicative de la dépense.

La coalition suédoise maintient le cap. Charles Michel (MR), Premier ministre : 412 000 euros prévus en 2015 pour faire appel à des experts externes. Koen Geens (CD&V), ministre de la Justice : 412 000. Jan Jambon (N-VA), Intérieur et Sécurité : 618 000. Didier Reynders (MR), Affaires étrangères et Beliris : 618 000. Kris Peeters (CD&V), Emploi, Economie et Consommateurs : 619 000. Johan Van Overtveldt (N-VA), Finances : 310 000. Etc, etc.

Tous ministres confondus, 5,566 millions euros sont ainsi programmés pour faire appel cette année à de l’expertise externe. De quoi éclairer sous un autre jour l’ampleur réelle du sacrifice annoncé par la com’ de Charles Michel.

Source : Michel Ier : le juteux filon des experts du privé

Connaissez-vous l’origine de la pièce sous la choucroute?

choucrout

 

Dans toute notre région de Liège, le premier janvier, on se réunit en famille ou dans les restaurants pour déguster la choucroute du Nouvel-An. Avec une procédure typiquement liégeoise : sous l’assiette, on place une pièce . Une tradition de plus en plus suivie par les liégeois.

Mais d’où vient cette tradition ?

n’hésitez pas de poster votre savoir 😉

Housiaux : « Être bourgmestre, c’est beaucoup de contraintes »

Alors qu’il passera le flambeau à Christophe Collignon le 19 janvier, Alexis Housiaux revient sur les bons et mauvais moments qu’il a vécus.

Satisfait du travail accompli en tant que bourgmestre de Huy, Alexis Housiaux (PS) revient sur les moments forts ayant marqué sa carrière, alors qu’il passera le flambeau à Christophe Collignon (PS) le 19 janvier prochain (L’Avenir Huy-Waremme de jeudi).

Source : Housiaux : « Être bourgmestre, c’est beaucoup de contraintes »